mardi 13 octobre 2009

De l'atypique relation «Gay-Racisme» dans le monde et en Mauritanie.


NB: (Cet essai aura été réécrit intégralement une seconde fois, une première mouture quasi finalisée cependant, ayant été tout simplement subtilisée de mon ordinateur par de pas si "mystérieux hackers" que ça.Tard dans la nuit et sous mes yeux impuissants de surcroît.C'est vous dire donc combien les vérités et révélations ci dessous dévoilées dérangeraient certains voire beaucoup de monde.No comments!)
I) De l'homophobie et de l'ostracisme dans le monde.
Dans un monde puisant l'essentiel de ses valeurs, us, coutumes et mœurs aux sources des grandes religions monothéistes, notamment islamique et judéo-chrétienne, qui toutes enserrent déjà l'exercice de l'hétérosexualité dans un cadre rigide sévèrement codifié et ritualisé, il irait de soi que les pratiques sexuelles dites «déviantes» comme l'homosexualité par exemple seraient stigmatisées et fermement prohibées.Dès lors, les groupes marginaux dont les orientations sexuelles ne s'accommoderaient pas d'un tel strict encadrement religieux, moral, culturel et social seraient immanquablement l'objet d'un ostracisme aux proportions quasi universelles dans une de ces rares belles unanimités interreligieuses et interculturelles.Ceci serait tellement vrai que les marches et autres luxuriantes Gay-Pride ou Shame, ce serait selon de quel côté on verrait la «chose», sont souvent conspuées et objet de caillassages jusque dans le très permissif pourtant Occident sous les regards souvent indifférents de la police, cf la Russie...etc.
Mais par ailleurs, le monde de plus en plus libre voire libertin, à bien d'autres égards, dans lequel nous vivons offrirait aussi à toutes sortes de groupes sociaux de nouvelles possibilités de regroupement et d'expression selon certaines affinités sélectives.D'où le développement du mouvement associatif, du corporatisme, du syndicalisme voire, phénomène plus récent, du lobbyisme.Brèches et éclaircies libertaires mises à profit par le «Lobby Gay Mondial» pour mettre en place un peu partout des structures appropriées à l'exercice des orientations libidineuses singulières de ses membres transnationaux .Il lui est même arrivé parfois d'influer sur le Droit préexistant pour légaliser les mariages homosexuels, dans certains encore rares pays cependant.
Et notre pays, la Mauritanie, n'aura pas échappé à cette tendance de structuration des minorités sexuelles ce qui prouverait, si besoin en était encore, l'existence d'un «Lobby Gay» dans nos murs, à moins que ne survienne opportunément un Ahmedinejad Mauritanien ayant suffisamment d'aplomb et de crânerie pour en nier l'existence d'un revers de main dédaigneux dans quelque archi-comble et hilare amphi de notre université.Bien évidemment, nos gays n'auront pas été en reste pour suivre la tendance très «tendance» en mettant en place certaines structures occultes et non déclarées à même de leur permettre d'évoluer dans un cadre sélectif, restreint, sexiste pour tout ramasser et cela conformément aux exigences de leur plutôt originale libido, doux euphémisme...Au sein de ces cercles privés, ils évolueraient donc de manière quasi autarcique dans une sorte de circuit fermé ou en vase clos pour initiés seulement.L'éloignement géographique des sociétaires ne serait plus un problème insurmontable grâce aux applications diverses et époustouflantes d'Internet notamment.Bien au contraire et nous verrons plus loin pourquoi en abordant le cyberacisme puisque c'est bien de cela qu'il s'agirait essentiellement.Enfin est-il besoin de préciser que l'anglicisme générique «gay» s'appliquerait aussi bien aux mâles qu'aux femelles du 3ème genre.
II) Des pulsions roses au racisme via le cyberacisme dans le monde et en Mauritanie.

Ça y est, nous y sommes quasiment «cadre-autarcie-circuit fermé-vase clos-sélectivisme-lobby...», autant de mots aux consonances étrangement discriminatoires!En effet, ce besoin de structuration viendrait comme un réflexe-refuge grégaire de «self defense» de leur originalité objet invariablement d'un ostracisme quasi planétaire.Par conséquent, l'exclusivisme défensif dans lequel ils se seront emmurés de façon quasi monacale ne serait rien d'autre qu'un «ostracisme à rebours réactif».N'ayons pas peur des mots, cette attitude de repli sur soi sonnerait presque comme une négation de l'autre voire des autres carrément.Pas moins que cela!Le «3ème sexe» s'y serait résolu chez nous et ailleurs faute d'avoir réussi à faire sauter les verrous religieux, moraux, sociaux et culturels scellés par la nature même d'une part et séculairement adoubés et intégrés par quasiment toutes les religions et morales selon une rationalité des plus partagées au monde comme le bon sens.
Un peu à l'image des Hébreux partout mal tolérés et persécutes par la terre entière qui n'auront guère trouvé mieux que de se tailler leur propre «foyer juif» en Palestine au mépris de toutes les règles du «jus cogens».Le parallèle entre ces deux microcosmes exclusivistes et exclusionnistes serait si frappant que l'Assemblée générale des NU aura assimilé le Sionisme au racisme dans une mémorable résolution qui aura fait date dans ses annales!Et puisque l'homme serait aussi un «homo politicus» sans mauvais jeu de mots (sic), les regroupements associatifs banalement sexistes et lobbyistes à l'origine auront tôt fait de se parer d'atours politiques afin de se faire un créneau dans des paysages politiques invariablement réfractaires aux mouvements atypiques voire marginaux en général.De surcroît, toutes les constitutions du monde interdisent la formation de partis politiques sur des bases uniquement raciales, ethniques, sexistes...etc pour justement prévenir toute discrimination éventuelle. Alors que faire?
Pour répondre à cette question, je me baserai, entre autres, sur l'exemple Allemand qui serait de loin le plus emblématique et tristement entré dans la sanglante histoire du siècle passé .Les «chemises brunes» ou «Section d'Assaut-SA» (Sturmabteilung) regroupaient des paramilitaires uniformément homosexuels sous les ordres de Röhm, un nazi raciste fanatique et non moins homosexuel aussi .Ces SA furent le bras armé qui aura permis l'ascension fulgurante et inexorable d'Hitler au pouvoir à coups d'éliminations physiques de tous ses rivaux nazis et autres opposants .Mais ils ne furent guère payés de retour par le Führer qui fit assassiner leurs chefs et déporter tous les «homosexuels-Triangles roses» dans les camps de concentration partageant ainsi le «traitement spécial-Spezialbehandlung» réservé aux juifs, aux Tziganes, aux communistes...etc.Motif invoqué par les fascistes nazis: menace de dégénérescence de la race Aryenne.
Hitler lui même aurait entretenu de fortes inclinations homosexuelles en dépit de son ouverte relation avec Eva Braun et leurs tardives épousailles n'auront eu lieu que le 30 avril quelques heures seulement avant leurs deux suicides dans le «Bunker» et une semaine avant le 8 mai 1945 date officielle de la chute du IIIème Reich.Autant alors parler de mariage blanc voire nul !Il faudrait dire que les secrets de la libido du Führer raciste nazi étaient aussi bien gardés que les fortes suspicions de judaïté qui auront plané sur les propres origines du Godfather antisémite de la «Solution finale-Endlösung» ainsi que celles de son liquidateur de juifs préféré, Heydrich le «Bourreau de Prague».
J'ai toujours été intrigué par l'inexplicable aimantation du 3ème sexe vers les extrêmes et cela en tout et bien entendu en politique aussi et surtout.Cela serait tellement patent que les partis d'extrême droite et néo-nazis occidentaux, ces succédanés contemporains du fascisme Hitlérien seraient en passe de se refaire une alarmante nouvelle santé en recrutant à tour de bras au sein de la population gay qui constitue le gros de leurs «troupes de choc» .Le discours de ces dangereux extrémistes est invariablement le même:régénérer l'Europe et l'homme européen afin de faire revivre le mythe antique du viril éphèbe Hellénique menacé d'extinction par les hordes issues de l'immigration.Le «charme et la virilité» d'une telle agit-prop auront tôt fini de séduire des gays qui n'en demandaient pas tant, du reste.Certains meetings et ralliements de l'extrême droite se seront souvent conclus tard dans la nuit par des réjouissances orgiaques dignes des Bacchanales de Bacchus.Comme quoi on pourrait presque faire dans le racisme tout en s'éclatant comme les gays extrémistes Mauritaniens ou pas (sic)!

Et nos gays, s'il serait permis d'ainsi dire, reproduiraient sous la férule des intellos parmi eux les mêmes travers extrémistes et jouissifs que leurs congénères au delà des mers malgré d'inconciliables dissemblances socio-culturelles.Comme qui dirait que «vérité en deçà des Pyrenées serait devenue vérité au delà » aussi.De quoi faire se retourner dans sa tombe Pascal et bouleverser toute sa casuistique.A l'image des homosexuels allemands qui auront épousé les thèses fascistes Hitlériennes dès les années 1920, les nôtres auront flirté voire carrément adopté le sacerdoce du nationalisme étroit, autant dire le racisme tout de suite.Pour ne rien arranger, Internet aura été un vecteur inappréciable aux mains de ces tenants de l'exclusionnisme, gays ou pas, pour distiller un cyberacisme des plus cyniques, pervers et organisé qui soit.A noter aussi que certains affiliés de l'Opus Dei exclusionniste auraient des doubles, triples voire multiples casquettes dont de très respectables même, tout en restant presque ombilicalement scotchés à leur «milieu» et à leurs camarades moins fréquentables ceux là.Le tout dans l'ombre du cyberanonymat, terreau justement de nombre de dérives idéologiques, politiques et morales.
J'en serai donc arrivé à ces conclusions grâce aux enseignements tirés de mon immersion pendant 20 mois dans cet univers opaque, hermétique voire carrément ésotérique pour les initiés déjà, à fortiori les profanes dont j'étais au tout début de mon équipée virtuelle.Il s'agirait au mieux de véritables fabriques de l'extorsion politico-intellectuelle et au pire d'instrument au service du cyberacisme le plus sommaire et primaire.Relativisons un peu tout de même car il y en aurait presque pour tous les goûts aussi, la preuve:j'en reviens voire j'y suis toujours encore.Vous pouvez me faire confiance mais pour finir de vous en convaincre, je vous inviterais bien à faire comme moi une exploration, si brève soit-elle, des bas-fonds et catacombes abritant le cyberacisme tapi dans les plis et replis du cyberanonymat aussi brumeux que le fog Londonien dans ses pires nuits noires./.
NB:Jus cogens=Normes impératives du Droit international.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK

Anonyme a dit…

BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK
BEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAKBEYAK