mercredi 25 septembre 2013

Je suis hospitalise de nouveau depuis vendredi passe au lendemain duRV Avec ma mandataire de tutelle.2 jours apres mon hospitalisation , je recus une decision du juge me condamnant a 6 semaines d,hospitalisation forcee et cela pour Obligation de soins.La decision a ete prise a la demande expresse de ma mandataire en accord Avec les avis des psychiatres qui craignent que je ne mette fin prematurement a ma Therapie comme d,habitude.Il m,a ete explique que si je fugue comme j,ai ete amene a le faire souvent, la Police sera chargee de me ramener a la clinique psychiatrque par la force s,il le faut.Je n,ai pas le droit de sortir sauf accompagne par un membre du personnel medical.Ma mandataire qui m,a Visite aujourdh,hui encore m,a explique qu,elle y a ete contrainte pour mon plus Grand interet.apres les 6 semaines imposees par decision judiciaire j,entamerai une seconde Therapie de longue duree celle la la dans une autre ville et un autre centre specialise.plusieurs mois seront necessaires.On m,a confisque mon lap top car les psychiatres ont Remarque que j,ai un Probleme Avec Internet.Ces mots auront ete ecrits Avec le pc d,un Patient qui a l,autorisation de garder le sein.Apres le Long chemin de croix qui se Profile devant moi, je reviendrai vivre parmi mes enfants, a moins que je ne sois fauche par les balles d,un tueur.Mais j,ai bonne confiance en mes 2 protecteurs ALLAH et le president Ould Abdel Aziz God bless him.

jeudi 19 septembre 2013

OUF, OUF

OUF, OUF, il etait temps.Je savais que je pouvais compter sur LUI.

Le «Purgatoire» ethnico-tribal ou le «Barzakh» social.

En pendant a l,article publie par Canalh.blogspot.com.Le metissage inter-ethnique est une richesse pas une TARE.Je suis moi meme metis arabo-pular, ma femme est metis franco-allemande.De ce melting pot est nee une belle famille avec des enfants sains, vigoureux et intelligents au point de frequenter le lycee de l,elite Aryenne. I)Se bercer d’illusions pour les perdre ensuite! Tout comme beaucoup de mes petits camarades , j’ai appris sur le tard que je serais descendant en lignée maternelle d’une grande tribu guerrière Béni Hassan de l’est , plus précisément du Hodh el Gharbi ,les Oulad Nasser. A aucun moment , de mon enfance ou de mon adolescence que j’ai passées , en partie au Sénégal mais surtout à Nouakchott dans la 2ème moitié des années 60 , je ne me suis douté de mon extraction «martiale arabe» ou de mes origines négro-mauritaniennes Pulâr.Le marmot que j’étais ne s’embarrassait guère de ces fioritures ethnico-tribales auxquelles il ne comprenait pas grand chose , pas plus que l’adulte que je suis devenu d’ailleurs ;un homme n'est jamais qu'un homme! «Je panse mes bobos et bleus chopés en jouant , donc je suis !»(je pense donc je suis .(cogito ergo sun!) telle semblait être la seule rationalité cartésienne régissant nos cogitations plutôt candides et enfantines.Et pour cause , enfants nous l’étions et pouvions encore nous offrir le luxe de l’être vraiment en ces temps cléments là.Ce ne fut qu’après le collège , au lycée que j’ai commencé à me poser des questions sur ma double appartenance ethnico-tribale et pris conscience de l’originalité de ma filiation ainsi que des « avantages naturels » qu’elle devrait me conférer en toute logique.Je ne savais pas encore et ne pouvait surtout pas savoir qu’elle allait tourner à mon désavantage , contre toute logique justement et curieusement du reste . Au sortir du cycle A long de l’ENA , quoique nanti d’un diplôme professionnel sésame , je n’aurai pu cependant réaliser mes légitimes et fondées ambitions dans l’administration publique , au MAEC notamment.Faisant contre mauvaise fortune bon coeur , je dus donc me résoudre à reprendre le chemin des études universitaires et professionnelles à Paris en 1988 et ce pour accomplir de la façon la moins astreignante possible la traversée du désert séparant l’ENA du MAEC.Soit ,sans persiflage aucun , l’imprimerie nationale de Chaâb et les dunes sablonneuses des ilots "C" , pas moins que cela . II)Le «no man’s land» ethnico-tribal Et à ce point du récit , je m’en vais vous rapporter certaines déconvenues et mauvaises surprises qui ne seraient certainement pas arrivées à mon côté « personnage Béni Hassan » voire aussi à mon côté ou personnage négro-mauritanien , pour des raisons différentes bien évidemment !Les deux faces cachées de Janus en un seul homme . Mais avant d’entamer la narration et pour être en conformité avec la typologie ethnico-tribale de mise en l’espèce , je me définirai comme un négro-arabe , un Hassano-Pular ou l’inverse , c’est kif kif .En 1989 donc , à Paris où je poursuivais certaines études professionnelles et universitaires a la Sorbonne , j’appris en mai que j’étais suspendu de ma qualité de fonctionnaire voire menacé de radiation des effectifs et ce malgré une mise en position de stage en règle .Faites donc le rapprochement (sic)!Quelques mois après , de retour au pays , je fis lever la suspension en un jour et j’eus droit à des excuses aussi.Motif invoque par l,administration :de par mon faciès , je n’étais manifestement pas le prototype classique du négro-mauritanien , en revanche mon nom lui l’était soit Khalil Balla Gueye !J’aurais été donc suspendu tout simplement en raison de mon nom de famille.Sans plus , délirant ! Une autre anecdote absurde et toujours dans le même régistre! Fraîchement imbu de la lecture de l’ouvrage de Philippe Marchesin «Tribus , ethnies et pouvoir en Mauritanie» et succombant immanquablement aussi au mimétisme ambiant , j’ai été une fois ,une seule fois amené à utiliser le jeu de cooptation ethnico-tribale pour « faciliter » une promotion que je méritais du reste.Un peu comme tout le monde le pratiquait et pratique toujours :arabes et négro-mauritaniens confondus.Il n’y avait tout simplement pas moyen de faire autrement dans le système Tayiste où le clientélisme ethnico-tribal était érigé en mode de gouvernement. Pour mes oncles maternels , les Béni Hassan , je n’étais pas suffisamment «arabe» malgré mon Hassania à faire pâlir d’envie Deyloul le Deimani et de toutes façons d’autres cadres Sémites ,Quraichites ou Béni Maakel de pure lignée seraient prioritaires parmi les quotas non dits attribués par le système à la tribu .L’accueil décevant , rafraîchissant voire glacial que m’ont réservé mes oncles maternels qui m’ont pourtant élevé pour grande partie , aura donc fini de me dissuader d’aller voir de l’autre coté , chez mes cousins négro-mauritaniens , dont la société reproduit strictement les même schémas ,travers tribaux et de caste . III)Le «Purgatoire» ethnico-tribal d’exclusion:«nobles» et «roturiers». En somme , arabe je ne le serais « pas encore » , et noir , bien que de couleur plutôt foncée je ne le suis « pas encore tout à fait » .Que faire?Et pourtant , referez vous à ma photo ci , je n’ai pas changé de pigmentation comme Michael Jackson ou les fanas du «kheysal».Je me suis donc retrouvé dans une sorte de «no man's land identitaire» dans mon propre pays.Et progressivement mais inexorablement aussi , j’ai été littéralement catapulté , «driven out» du pays faute d’avoir pu trouver un ancrage ethnico-tribal de nature à m’amarrer au système clientéliste de Taya .Tout simplement aberrant voire burlesque à la limite!Mais fort heureusement pour le pays : la Mauritanie ne se réduirait pas seulement à la «nomenklatura ethnico-tribale» qui n’a rien à voir avec le pays profond et ses aspirations légitimes à plus de justice et d’équité.Captif malgré moi de ce système verrouillé et cadenassé à multiples tours , je ne me voyais tout de même pas finir ma carrière à 60 piges passées comme premier conseiller d’une obscure , nonchalante et lointaine ambassade , fonction que j’ai occupée à l’âge de 28 ans déjà.Enfin , pour plus d’égalité , de rationalité et surtout de performance , notre démocratie , une fois rétablie , devrait disloquer ce système d’exclusion en instaurant l’égalité des chances pour tous .Blacks and whites , «nobles» et «roturiers» . Et le "brillant palmarès" de cet ostracisme ethnico-tribal établi en mode de distribution anachronique, suranné et surtout inégalitaire du pouvoir et des fonctions , est là , sous vos yeux , sans parler encore des raisons politiques.L'exil forcé , presque un bannissement comme ce fut mon cas. Et à ce sujet l’actualité politique ou plutôt diplomatique de notre pays aura été «somptueuse» cette semaine:un confrère et condisciple Abdarahmane ould Habib diplomate de carrière précédemment 1èr conseiller en poste à Paris vient d'être l'objet des mêmes vicissitudes politico-tribales qui m'ont amenées , entre autres , à entamer mon pénible et déchirant chemin de croix .Ce que je ne lui souhaite guère , à Dieu ne plaise bien sûr !

mercredi 18 septembre 2013

ANA BARIK EV 7ERMAT AL RAIS OULD ABDEL AZIZ.

ANA BARIK EV 7ERMAT AL RAIS OULD ABDEL AZIZ.Je parle mieux Hassania que francais.Apres tout c,est ma langue maternelle, ma mere est une Beni Hassan ,ceux qui nous ont legue le Hassania justement.La phrase en Hassania ci haut signifie que je me protege sous l,aile protectrice et inviolable du president Ould Abdel Aziz.J,ai pleine confiance en Ould Abdel Aziz,il est mon unique et ultime recours comme j,ai eu a le dire maintes fois.Il est le seul espoir qui me rattache desormais a la vie.Je suis persuade qu,il saura etre a la hauteur de mes espoirs ainsi fondes en lui.Apres tout, en tant que president elu de la RIM, il est de facto le protecteur de tous les mauritaniens sans distinction, blacks and whites.Et je suis un mauritanien, un vrai de vrai, plus mauritanien, tu meurs. Je profite de l,occasion pour lui presenter mes meilleurs voeux de succes a l,occasion de la formation partielle de son nouveau gouvernement.

Interruption provisoire de ma presente therapie.

A la demande de mon assistante sociale de tutelle, ma therapie actuelle a ete suspendue pour 3 jours, le temps de visiter un appartement trouve par ladite assistante sociale et d,organiser une therapie de longue duree dans une clinique specialisee situee dans une autre ville que Langenfeld.L,appartement ne m,a pas convenu car trop petit 25m2 et situe en bordure du chemin de fer.trop bruyant avec les trains de marchandises et de passagers.dans mon cas le sommeil est capital.Demain jeudi, je dois de nouveau rencontrer l,assistante sociale pour lui remettre les documents medicaux necessaires a l,organisation d,une therapie de longue duree dans une autre ville et dans une clinique psychiatrique specialisee.Elle s,occupera de toutes les formalites necessaires a cet effet.La therapie de longue duree est notamment une exigence de ma femme que mon cas inquiete beaucoup.je me plierai a cette exigence volontiers pour preserver la cohesion de ma famille et ce, malgre mon aversion de l,enfermement de longue duree.A la fin de cette therapie de longue duree, je reviendrai vivre avec ma famille, inchallah.Mon fils de 8 ans est traumatise par ma longue absence et ne cesse de pleurer en me reclamant et en me telephonant.Avant d,aller en therapie de longue duree, j,espere trouver un appartement approprie qui me servira de cachette, de refuge eventuellement, puisque j,ai droit a un appartement de 45m2.Je ferai prevaloir ce droit meme si je ne compte pas y habiter.Ce sera toujours cela de gagne.Je retournerai a la clinique psychiatrique, jeudi ou vendredi inchallah.J,ai donne ces informations au risque de les voir exploiter pour me descendre par les killers qui me pourchassent.Je suis conscient d,un tel danger.La hawle we la ghouwete illa billahi el aliou el adhim.Lachez la meute car, je m,en vais disparaitre pour plusieurs mois afin de subir la therapie de longue duree exigence de ma sante mentale et de mon epouse ainsi que mes filles.D,ailleurs je n,ai pas tellement le choix car les psychiatres me l,imposent egalement. PS: Ladite clinique psychiatrique est specialisee dans ce qu,il est convenu d,appeler "Double diagnose" soit diagnostic double.Ce qui est exactement mon cas.

mardi 17 septembre 2013

Falsification de propos.

Je souffre assurement de troubles mentaux mais cela ne m,empeche pas de raisonner dans mes moments de remission mentale.Qu,en soient loues les medicaments que je prends regulierement et l,encadrement psychiatrique.Ma schizophrenie me rends naturellement et outrancierement suspicieux mais le raisonnement que je m,en vais vous livrer est tres plausible sinon certain.Il vient juste de me venir a l,esprit. Il y a environ 4 ans j,ai commis un pamphlet par lequel je reglais certains comptes d,ordre politique, intellectuel et surtout familial.dans ce document open office je deversais de maniere tres crue certes toute ma rage contre 2 membres de ma famille et 2 autres adversaires politiques et intellectuels.Les membres de ma famille sont 2 femmes fonctionnaires et les 2 hommes residant a l,etranger, en France notamment.Pas plus, j,ai legerement egratigne Maata aussi.Nullepart, il n,y est question de quiconque d,autre. selon moi et la commence mon raisonnement ce pamphlet virulent aurait ete trafique et rempli d,immondices de nature a me brouiller avec les cercles INTERMEDIAIRES du pouvoir.De quelles immondices nauseuses s,agirait-il vraiment, j,avoue n,en avoir aucune idee mais suis assure qu,elles ont ete effectivement rajoutees.ON A DU BRODER SUR CE PAMPHLET BEAUCOUP DE CHOSES QUI ME SONT ETRANGERES!!Je n,en voudrais pour exemple que celui de Dicko Hanoune qui traitant le president de tous les noms d,oiseaux n,a aucun scrupule a ajouter "Dixit Khalil Balla Gueye", soit citation de Khalil Balla Gueye" ce qui est absolument faux.Les propos que rapporte ce Haratine membre de l,Opus dei me sont totalement etrangers, c,est de la pure et grossiere falsification.Ce document donc, je l,avais adresse a Marieme mint Ahmedou et Marieme mint Derwich, ignorant alors qu,elles etaient elles memes membres de cette mysterieuse organisation qui m,a condamne a mort.Une sorte d,Opus Dei ou de Franc-maconnerie du net dont les membres seraient unis par on ne saurait quel pacte.Ils se comptent en Mauritanie et a l,etranger aussi et sont tres organises puisqu,ils sont arrives a regenter carrement le net.Mon blog etant indepedant et echappant a leur emprise,ils me vouent pour cette raison et bien d,autres encore une animosite indecrotable et voudraient m,abattre intellectuellent et politiquement coute que coute.Et ils y ont reussi en ajoutant je ne sais quelles merdes audit document, ou en ecrivant a mon nom des aneries injurieuses et infectes sur le net.J,en ai eu la preuve indiscutable par Dicko Hanoune qui traitait le president Ould Abdel Aziz de tous les noms d,oiseaux tout en m,attribuant la paternite de ses propos desobligeants en pretendant qu,il s,agirait d,une citation de Khalil Balla Gueye et cela sur facebook.Ceci ne serait que la partie visible de l,iceberg. Ils controlent parfaitement mes ordinateurs et possedent ainsi tous mes mots de passe que je ne prends meme plus le soin de changer, tellement c,est vain.Brouille avec les cercles du pouvoir pour des raisons qui m,echappent, je me suis vu subitement interdit de publication dans tous les sites qui comptent, meme Claude K de cridem mon ami se refuse desormais pour des raisons inexplicables a publier mes articles de bonne qualite pourtant et pro-Aziz, le president.Je ne m,en cache point, je caressais le projet de devenir le sherpa volontaire et gratuit du president Aziz que j,ai rallie apres m,etre oppose a lui pour des raisons de principe relatives au putsch et j,etais sur la bonne voie quand mon elan a ete brise par une vaste conspiration.Je voulais ce faisant me racheter en expiant l,erreur de jugement que j,avais commise .Nul n,est infaillible.Seuls certains sites des droits de l,homme negro-mauritaniens et Flamnet acceptaient mes soumissions d,articles.L,organisation secrete s,etant ainsi attiree les bonnes graces des milieux intermediaires de l,Etat en a profite pour passer a l,etape suivante ,ma condamnation a mort tres mediatisee pourtant dans l,indifference quasi generale.Apres la mise a mort intellectuelle reussie suit la mise a mort physique par assassinat.J,ai ainsi echappe a 2 tentatives d,assassinat averees voire plus, a ma connaissance.Et cela continue toujours car a l,entree de l,hopital psychiatrique m,attendait deja un tueur.Les cercles intermediares auront ete bernes par l,opus dei secret du net ce qui expliquent leur indifference scandaleuse vis a vis de ma condamnation a mort pourtant tres mediatisee, meme les internautes prives sont au courant de ce procede barbare et suranne de par le monde dans une democratie.Je ne mets pas en cause l,Etat mais seulement certains milieux intermediaires de celui ci qui entretiennent une complicite manifeste avec ce lobby secret qui compte en son sein nombre de racistes notoires qui me vouent une haine viscerale.Le president Ould Abdel Aziz n,est manifestement au courant de rien de toute cette affaire, tout occupe qu,il est a gerer la Mauritanie, tache ecrasante s,il en est.Il n,a pas le temps de lire les immondices truquees du net.Mais je me demene comme un diable pour attirer son attention sur cette conspiration meurtriere de nature a entacher notre democratie sous sa direction sage.Il est mon ultime recours car j,ai manifestement a faire a tres forte partie.Je suis sur qu,il entendra mon appel de detresse et dejouera a temps grace a son autorite bienveillante les menaces de mort qui pesent sur ma tete et qui ont cause une aggravation catastrophique de ma sante mentale declinante et fragile deja.Je l,en remercie du fond du coeur tout president des pauvres comme moi qu,il est.

samedi 14 septembre 2013

A Maatala de CanalH

Je t,en prie cher Maatalla d,ouvrir le blog CanalH aux commentaires publics. Je jure de ne plus m,y aventurer car j,ecrivais sous la dictee d,un esprit malade en proie a une profonde crise de schizophrenie.Toutes mes excuses et tous mes regrets pour mes intrusions indesirables.Je n,ai apres tout attaque personne, je n,aurai fait que me mettre a nu, comme le malade mental que je suis.

Admission mardi en psychiatrie

Depuis mon admission mardi en psychiatrie, je suis couche sur mon lit saisi d,une profonde lethartgie et bourre de medicaments.c,est la premiere fois que je leve vraiment la tete et que je connecte depuis mardi.c,est avec grand peine que j,ai ecrit ces mots.Je suis toujours en proie a mes lourds problemes psychiatriques.Je retourne me coucher. KBG

samedi 7 septembre 2013

Le «Purgatoire» ethnico-tribal ou le «Barzakh» social.

i)Se bercer d’illusions pour les perdre ensuite! Tout comme beaucoup de mes petits camarades , j’ai appris sur le tard que je serais descendant en lignée maternelle d’une grande tribu guerrière Béni Hassan de l’est , plus précisément du Hodh el Gharbi ,les Oulad Nasser. A aucun moment , de mon enfance ou de mon adolescence que j’ai passées , en partie au Sénégal mais surtout à Nouakchott dans la 2ème moitié des années 60 , je ne me suis douté de mon extraction «martiale arabe» ou de mes origines négro-mauritaniennes Pulâr.Le marmot que j’étais ne s’embarrassait guère de ces fioritures ethnico-tribales auxquelles il ne comprenait pas grand chose , pas plus que l’adulte que je suis devenu d’ailleurs ;un homme n'est jamais qu'un homme! «Je panse mes bobos et bleus chopés en jouant , donc je suis !»(je pense donc je suis .(cogito ergo sun!) telle semblait être la seule rationalité cartésienne régissant nos cogitations plutôt candides et enfantines.Et pour cause , enfants nous l’étions et pouvions encore nous offrir le luxe de l’être vraiment en ces temps cléments là.Ce ne fut qu’après le collège , au lycée que j’ai commencé à me poser des questions sur ma double appartenance ethnico-tribale et pris conscience de l’originalité de ma filiation ainsi que des « avantages naturels » qu’elle devrait me conférer en toute logique.Je ne savais pas encore et ne pouvait surtout pas savoir qu’elle allait tourner à mon désavantage , contre toute logique justement et curieusement du reste . Au sortir du cycle A long de l’ENA , quoique nanti d’un diplôme professionnel sésame , je n’aurai pu cependant réaliser mes légitimes et fondées ambitions dans l’administration publique , au MAEC notamment.Faisant contre mauvaise fortune bon coeur , je dus donc me résoudre à reprendre le chemin des études universitaires et professionnelles à Paris en 1988 et ce pour accomplir de la façon la moins astreignante possible la traversée du désert séparant l’ENA du MAEC.Soit ,sans persiflage aucun , l’imprimerie nationale de Chaâb et les dunes sablonneuses des ilots "C" , pas moins que cela . ii)Le «no man’s land» ethnico-tribal Et à ce point du récit , je m’en vais vous rapporter certaines déconvenues et mauvaises surprises qui ne seraient certainement pas arrivées à mon côté « personnage Béni Hassan » voire aussi à mon côté ou personnage négro-mauritanien , pour des raisons différentes bien évidemment !Les deux faces cachées de Janus en un seul homme . Mais avant d’entamer la narration et pour être en conformité avec la typologie ethnico-tribale de mise en l’espèce , je me définirai comme un négro-arabe , un Hassano-Pular ou l’inverse , c’est kif kif .En 1989 donc , à Paris où je poursuivais certaines études professionnelles et universitaires a la Sorbonne , j’appris en mai que j’étais suspendu de ma qualité de fonctionnaire voire menacé de radiation des effectifs et ce malgré une mise en position de stage en règle .Faites donc le rapprochement (sic)!Quelques mois après , de retour au pays , je fis lever la suspension en un jour et j’eus droit à des excuses aussi.Motif invoque par l,administration :de par mon faciès , je n’étais manifestement pas le prototype classique du négro-mauritanien , en revanche mon nom lui l’était soit Khalil Balla Gueye !J’aurais été donc suspendu tout simplement en raison de mon nom de famille.Sans plus , délirant ! Une autre anecdote absurde et toujours dans le même régistre! Fraîchement imbu de la lecture de l’ouvrage de Philippe Marchesin «Tribus , ethnies et pouvoir en Mauritanie» et succombant immanquablement aussi au mimétisme ambiant , j’ai été une fois ,une seule fois amené à utiliser le jeu de cooptation ethnico-tribale pour « faciliter » une promotion que je méritais du reste.Un peu comme tout le monde le pratiquait et pratique toujours :arabes et négro-mauritaniens confondus.Il n’y avait tout simplement pas moyen de faire autrement dans le système Tayiste où le clientélisme ethnico-tribal était érigé en mode de gouvernement. Pour mes oncles maternels , les Béni Hassan , je n’étais pas suffisamment «arabe» malgré mon Hassania à faire pâlir d’envie Deyloul le Deimani et de toutes façons d’autres cadres Sémites ,Quraichites ou Béni Maakel de pure lignée seraient prioritaires parmi les quotas non dits attribués par le système à la tribu .L’accueil décevant , rafraîchissant voire glacial que m’ont réservé mes oncles maternels qui m’ont pourtant élevé pour grande partie , aura donc fini de me dissuader d’aller voir de l’autre coté , chez mes cousins négro-mauritaniens , dont la société reproduit strictement les même schémas ,travers tribaux et de caste . iii)Le «Purgatoire» ethnico-tribal d’exclusion:«nobles» et «roturiers». En somme , arabe je ne le serais « pas encore » , et noir , bien que de couleur plutôt foncée je ne le suis « pas encore tout à fait » .Que faire?Et pourtant , referez vous à ma photo ci , je n’ai pas changé de pigmentation comme Michael Jackson ou les fanas du «kheysal».Je me suis donc retrouvé dans une sorte de «no man's land identitaire» dans mon propre pays.Et progressivement mais inexorablement aussi , j’ai été littéralement catapulté , «driven out» du pays faute d’avoir pu trouver un ancrage ethnico-tribal de nature à m’amarrer au système clientéliste de Taya .Tout simplement aberrant voire burlesque à la limite!Mais fort heureusement pour le pays : la Mauritanie ne se réduirait pas seulement à la «nomenklatura ethnico-tribale» qui n’a rien à voir avec le pays profond et ses aspirations légitimes à plus de justice et d’équité.Captif malgré moi de ce système verrouillé et cadenassé à multiples tours , je ne me voyais tout de même pas finir ma carrière à 60 piges passées comme premier conseiller d’une obscure , nonchalante et lointaine ambassade , fonction que j’ai occupée à l’âge de 28 ans déjà!Enfin , pour plus d’égalité , de rationalité et surtout de performance , notre démocratie , une fois rétablie , devrait disloquer ce système d’exclusion en instaurant l’égalité des chances pour tous .Blacks and whites , «nobles» et «roturiers» ! Et le "brillant palmarès" de cet ostracisme ethnico-tribal établi en mode de distribution anachronique, surannée et surtout inégalitaire du pouvoir et des fonctions , est là , sous vos yeux , sans parler encore des raisons politiques.L'exil forcé , presque un bannissement comme ce fut mon cas. Et à ce sujet l’actualité politique ou plutôt diplomatique de notre pays aura été «somptueuse» cette semaine:un confrère et condisciple Abdarahmane ould Habib diplomate de carrière précédemment 1èr conseiller en poste à Paris vient d'être l'objet des mêmes vicissitudes politico-tribales qui m'ont amenées , entre autres , à entamer mon pénible et déchirant chemin de croix .Ce que je ne lui souhaite guère , à Dieu ne plaise bien sûr !

mardi 3 septembre 2013

APPEL A L,AIDE ADRESSE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE MR MOHAMED OULD ABDEL AZIZ.

vive le president Ould Aziz le sauveur de son pays qui saura entendre l,appel au secours d,un pauvre malade mental avere condamne a mort par un groupe de compatriotes aux raisons mysterieuses.Mr, le president repondez svp favorablement a mon appel de detresse car j,ai les killers constamment aux trousses.Je suis actuellement interne dans un asile psychiatrique pour votre information et quand j,en sortirai, ils m,abattront comme un chien.Je ne veux pas mourir car j,ai des enfants en bas age encore.Je vous appelle a l,aide, et vous supplie de me sauver la vie car ceux qui ont commandite mon assassinat sont mauritaniens et votre sage voix les en dissuaderait a coup sur.Je vous en supplie encore entendez mon appel a l,aide,ce faisant je vous devrai la vie et serait votre oblige ad eternum.Comme cet emir mauritanien qui plante un couteau dans un mouton roti place sur un ane qui se ballade de campement en campement sans qu,aucune ame si affamee soit-elle n,ose y toucher.Sachez Mr le president que vous jouissez d,une profonde consideration de votre peuple et sous votre personne n,osera verser une goutte de sang innocent comme le mien.Comme ce emir sous votre direction regneront la justice et la paix.C,est pourquoi je m,en refere a votre magnanimite pour sauver ma vie de malade mental. Je prie tous ceux qui ont les moyens de transmettre mon appel de detresse au president de le faire, merci d,avance. Vive le president Ould Abdel Aziz, a bas les assassins, vive mon pays la Mauritanie unie et prospere Khalil Balla Gueye actuellement a l,Hopital psychiatrique de Langenfeld, Allemagne